Sur les traces de Charles Flahaut à l’Aigoual…

Saint Jean Environnement a organisé une sortie pour ses adhérents les 27 et 28 juin 2014.

L’arboretum de l’Hort de Dieu

Suite à la diffusion du film « Aigoual, la forêt retrouvée » à la Médiathèque Jules Verne fin 2013, la petite cousine de Charles Flahaut nous a invités à découvrir l’arboretum de l’Hort de Dieu. Charles Flahaut, fondateur de l’institut de botanique de Montpellier, a mis en cultures des centaines d’espèces d’arbres provenant de 3 continents : l’Asie, l’Amérique et l’Europe.

 

Une centrale hydroélectrique sur l’Hérault

Tout d’abord, nous avons visité la petite centrale hydroélectrique sur l’Hérault remise en route depuis 1969 et qui peut tourner 24H/24. Elle est équipée de 3 turbines et 3 générateurs pour fournir 1 million de kilowatt revendu à Enercoop. Elle alimente aussi le camping de Saint Julien de la Nef.

 

Le reboisement de l'Aigoual

Ensuite, nous avons découvert la maison de Charles Flahaut construite pour étudier et développer des plantations d’arbres permettant le reboisement de l’Aigoual. 65 millions d’arbres ont été plantés à partir de 1880 et durant 35 ans. Le projet était ambitieux, gigantesque et incertain tant les différences influences climatiques présentes sur le massif de l’Aigoual demandent une connaissance pointue de l’adaptation des espèces dans le milieu. Nous avons ainsi repéré de nombreuses essences identifiées chacune par un panneau.

 

La station météorologique

Ensuite, nous sommes arrivés à la station météorologique de l’Aigoual à 1567 m d’altitude pour notre dernière halte de la journée. Cette station fut créée en 1887 à l’initiative de George Fabre, garde-forestier du massif. Elle est toujours en activité avec 5 météorologues et vient en complément de la station du Mont Ventoux. Elle joue un rôle pédagogique et scientifique en testant divers matériels comme des capteurs photovoltaïques et des détecteurs de caméra infra rouge.

 

Camprieu

Le lendemain matin, nous nous sommes rendus à la maison du bois à Camprieu pour comprendre la réalité des acteurs de la vie économique. Le film de Marc Khanne « Bergers de l’Aigoual, éleveurs des Causses et Cévennes » témoigne de la vie et du travail des bergers et des agriculteurs sur ce massif et met à l’honneur la transhumance. Pour conclure, nous avons apprécié l’exposition sur les bergers du Haut Atlas au Maroc qui pratiquent également la transhumance.

 

L’abîme de Bramabiau

Nous avons complété notre tour d’horizon de ce coin des Cévennes par l’exploration des profondeurs de l’abîme de Bramabiau.

 

Le col de la Céreyrède

Nous avons terminé notre escapade au col de la Céreyrède, ligne de partage des eaux entre versant méditerranéen et versant atlantique.

 

En 2011, l’Unesco a inscrit au patrimoine culturel mondial les Causses et les Cévennes en tant que paysage culturel de l’agro-pastoralisme méditerranéen.

 

En résumé, nos adhérents ont partagé un week-end de détente et d’enrichissement dans la bonne humeur.